Comment faire manger des légumes à vos enfants ?

Entre manque d’inspiration et baisse d’énergie due à une rentrée chargée, pas toujours facile de se battre avec les goûts parfois très restreints de vos adorables têtes blondes (ou rousses d’ailleurs !). La moue de votre plus grande qui traîne la fourchette devant ses petits pois ne fait que renforcer la mine dubitative de votre second quant à sa propre assiette. Ce dernier semble d’ailleurs préférer lancer les fameuses billes à l’absurde couleur verte sur son aînée. Vous voilà bien embêtés : deux enfants qui refusent catégoriquement d’ingurgiter le moindre légume. La plus petite once de verdure (« c’est pour les lapins… ») et vous écopez d'une cuisine retapissée de cette élégante couleur « pois écrasé »…

D'autant plus qu'en cette période de rentrée, plusieurs challenges se dressent devant vous : trouver un mode de garde, inscrire vos chérubins aux activités sportives et créatives pour occuper leur temps périscolaire et organiser le quotidien de toute la famille… Les repas en ligne de mire ! Mais dans ce contexte de morosité pour les légumes vous n’avez pas fini de vous arracher les cheveux !

L’Équipe MyGooder se relève les manches, enfile son tablier et fait travailler son cerveau pour vous aider à y remédier, il en va de la santé de vos enfants, c’est bien trop important pour ne pas se pencher sur le sujet !

Dans un premier temps nous nous intéresserons à chacune des raisons qui peuvent avoir une incidence négative sur la perception qu’ont vos enfants de cet objet étrange qu’est le légume, dès lors qu’il se trouve dans leur propre assiette. Une fois ces raisons de blocages établies il s’agira de s’atteler à les résoudre pour finir sur une note ludique et pratique. Nous vous proposons trois recettes faciles qui pourront vous aider à introduire progressivement des légumes dans l’alimentation de vos enfants. Ils pourraient finir par en raffoler !

Pourquoi les enfants n’aiment pas les légumes ?

La couleur des légumes

On entend parfois dire, les goûts et les couleurs ça ne se discute pas. Loin de nous l’idée de vouloir épiloguer sur cette affirmation mais il est certain que nous avons tous des goûts différents et notamment en matière de couleurs. Et les légumes ont cette particularité d’être de coloris variés, parfois agressifs, le rouge du poivron et le violet de la betterave par exemple, voire évocateur d’une nourriture assimilée au monde animal comme le vert prairie de la grande majorité des légumes verts… Et vous ne serez pas surpris d’apprendre que parmi le top 10 des légumes les plus boudés en France*, 8 d’entre eux sont… ? Verts bien sûr !

Des légumes aux textures diverses

À chaque légume une texture spécifique : filandreuse comme le poireau ou l’endive, croquante comme le poivron, crémeuse comme l’avocat ou encore granuleuse comme le brocoli. Et comme pour les couleurs, les textures jouent sur la manière dont nous appréhendons un aliment, nos enfants plus encore car ils font plus difficilement appel à leur raison, contrairement à nous (du moins parfois !). Pas évident de demander à un enfant d’être raisonnable avec des réflexions telles que « parce que c’est bon pour ta santé » et autres « ça fait grandir ».

Des odeurs qui peuvent surprendre

En fonction de la manière dont ils sont cuisinés les légumes dégagent des odeurs qui sont parfois forts et tenaces. Les choux, quels qu’ils soient, choux-fleur, choux de Bruxelles et autres choux verts, ont une forte teneur en soufre. Ceci à tendance à dégager une odeur prenante lors de leur cuisson, laquelle est parfois comparée à une odeur d’œuf pourri. Ceci s’avère particulièrement inconfortable plus gênante encore pour un enfant qui aura vite fait de l'associer à l'odeur d'une boule puante… Les odeurs fortes peuvent ainsi être un puissant repoussoir, le passage à table devient alors chaotique, à raison.

Contourner leurs réticences pour leur réapprendre les légumes

Identifier leurs couleurs favorites et s’adapter

Vous qui ramez dramatiquement avec vos enfants lorsqu’il s’agit de leur faire ingurgiter le moindre cucurbitacé il est important de s’intéresser à leurs goûts. Pas seulement à table mais en général. Plutôt que leur demander directement quelles sont leur couleurs favorites lorsque vous êtes en plein rayon primeur (ils vont vous voir venir à trois kilomètres) soyez astucieux et surprenez-les.

Allez fouiller, discrètement, leurs trousses de crayons de couleur pour identifier ceux qui ont été taillés avec frénésie et identifier leurs couleurs de prédilections. Quels sont les coloris de vêtements qu’ils préfèrent porter ? Et ensuite adaptez votre choix d’aliments. Le repas peut devenir un jeu avant d’être conçu comme un besoin vital. Pour un enfant la nécessité n’est pas un critère recevable. Le violet ? Carottes, betteraves et asperges revêtent parfois ces couleurs. Du jaune ? Poivrons, butternuts, pâtissons et carottes (de nouveau) sont au rendez-vous. Et pour un peu de folie, tentez les colorants alimentaires naturels dans vos préparations.

Jouer autour des textures : crus ou cuits les légumes changent même de goût

Si cuite la courgette peut rapidement être molle et flasque, crue (oui, oui, en salade par exemple) elle croque sous la dent et développe un arôme tout à fait différent. Vous l’aviez certainement déjà constaté avec la carotte, que l’on voit autant râpée en salade que cuite « Vichy » ou en purée. Toujours dans le même registre qu'avec les couleurs, observez votre enfant faire avec sa nourriture. Le petit déjeuner est un bon indicateur. Votre petit bout est adepte des tartines et du chocolat chaud ? Regardez le manger et faites en les déductions qui s’imposent.

Tartines de pain grillé surtout jamais trempées dans le bol au risque d’une crise, alors vous avez un « croustilleur ». Et si ce mot n’existe pas, vous l’avez néanmoins compris, votre enfant fait partie de l’équipe qui n’aime pas les trucs mous, ce doit être croquant ! Exit toutes les purées, ratatouilles et bouillie diverses qu’il n’aura de cesse de vous bouder. Misez tout sur les légumes croquants cuits au wok, sautés et revenus simplement avec un filet d’huile. Tentez les légumes crus.  De ceux qui croustillent en faisant des bruissements de pain grillé : le fenouil, le céleri, les poivrons, les carottes, la courgette !

Et inversement, si votre adorable pipelette laisse allègrement tremper ses céréales dans son lait, tiède si possible, jusqu’à former une étrange bouillie alors on opte directement pour l’exact opposé de notre trublion précédent : ainsi servez-lui soupes, ratatouilles et purées diverses !

Adoucir les odeurs de cuisson trop fortes

Vous avez cuisiné toute la journée ! Cette envie de potée au chou qui vous tenait en haleine depuis trois semaines est enfin devenue réalité. Mais désormais toute la maisonnée sent le soufre, nous en parlions d'ailleurs juste au-dessus. Cette vilaine odeur est tenace et voilà que votre petite famille rentrée de l’école tord allègrement le nez à peine un pied posé dans votre demeure. Tout ce petit monde prétexte alors un furieux mal de ventre espérant ainsi échapper au dîner…

Les odeurs fortes peuvent indisposer rapidement et l’appétit facétieux de vos enfants y est forcément sensible. Voici quelques astuces pour apporter un coup d’air frais à votre intérieur et ainsi donner à vos plats les plus odorants une chance de convaincre :

  • Le concombre : épluchez et coupez un concombre et vous devriez sentir se dégager une odeur fraîche dans votre cuisine. Et profitez-en pour en faire une entrée. Avec quelques cuillerées de fromage blanc et de la ciboulette hachée vous obtenez un tzatziki simplifié, vite fait bien fait.
  • Le vinaigre blanc : dans une casserole faites bouillir l’équivalent de 25 cl d’eau additionnée de deux cuillerées à café de vinaigre blanc. Si dans un premier temps l’odeur de vinaigre (plutôt forte) se diffuse, elle s’évanouit rapidement pour ne rien laisser derrière elle.
  • Le laurier et le céleri : ajoutez en dans l’eau de cuisson des choux pour empêcher cette fameuse odeur soufrée de se répandre dans la maison.
  • La menthe fraîche : frottez-en quelques feuilles dans une poêle qui aurait servit à faire cuire de l’oignon.

Montrer l’exemple en se faisant plaisir !

Un enfant apprend par mimétisme. Ça paraît évident mais on a parfois tendance à l’oublier. Si vous ne lui montrez pas l’exemple en étant vous même adeptes des légumes c’est presque peine perdue. Cuisinez pour vous, faites vous plaisir, le bonheur est communicatif. Vos enfants, dès petits, s’ils sont habitués à vous voir vous délectez des légumes les plus étranges, alors ils seront curieux de vous imiter et donc de tester. Enfin variez ! C’est de l’ennui aussi que naissent les blocages alimentaires. Les carottes si elles sont cuites ne sont pas uniquement des carottes Vichy ! En forme de frites, de tagliatelles, en julienne ou en purée, caramélisées, vapeurs ou crues, autant de manière de les proposer et autant de saveurs différentes à découvrir.

Des idées de recettes de légumes revisitées pour enfants difficiles

Carottes croquantes caramélisées

Débitez vos carottes en bâtonnets à l’aide d’un coupe-frites par exemple. Faites fondre une noix de beurre dans une sauteuse et ajoutez les bâtonnets de carottes dessus. Laissez revenir quelques minutes au feu vif en remuant. Couvrez d’eau à mi-hauteur et ajoutez un couvercle. Laissez mijoter à feu doux une quinzaine de minutes. Goûtez régulièrement pour vous assurez que les carottes soient cuites mais restent croquantes. Une fois la bonne texture obtenue retirez le couvercle, l’eau sera en principe presque totalement évaporée. Saupoudrez de sucre en poudre et faites revenir à feu très vif pour caraméliser légèrement les carottes. Remuez régulièrement pour éviter qu’elles n’accrochent. Une fois dorées vous pouvez dresser et servir !

Tagliatelles de légumes croquants

Sélectionnez quelques légumes aux couleurs variées : butternuts, courgettes, carottes (blanches, jaunes et oranges par exemple). Épluchez vos légumes puis émincez-les en tagliatelles à l’aide d’un économe. Faites bouillir de l’eau dans une casserole et mettez vos légumes à blanchir quelques minutes à peine. Dans le cas présent plongez vos légumes dans cet ordre : butternuts et carottes en premier (leur chair est plus dense et longue à cuire), et courgettes en dernier pour seulement quelques secondes. Égouttez-les et servez tant qu’elles sont chaudes et un filet d’huile d’olive.

Vous pouvez également les ajoutez sur un plat de tagliatelles classiques ou encore les servir froides en salade. Dans ce cas, égouttez-les et plongez-les immédiatement dans un grand volume d’eau très froide (quitte à ajouter quelques glaçons dans l’eau).

Purée de butternut au lait de coco

Épluchez votre butternut et débitez-là en cubes grossiers. Faites de même avec quelques pommes de terre (200 g de pommes de terre pour 500 g de butternut environ). Faites les cuire à la vapeur. Mettez à chauffer un demi litre de lait de coco dans une casserole. Ajoutez-y deux pincées de cardamome et une pincée de gingembre. Portez à ébullition puis baissez à feu très doux en attendant que vos légumes soient cuits. Quand butternut et pommes de terres sont bien cuites, mixez-les avec le lait de coco chaud. Ajustez la texture de la purée avec soit le reste de lait de coco tiédi ou un peu d’eau tiède également. Servez cette purée bien chaude en accompagnement ou en plat au choix !

Laisser faire les pros !

Parfois, l'intervention d'une personne extérieure est une bonne chose. Ne jalousez donc pas le succès de Mamie Jacky et sa "super fondue de poireaux". Mais profitez plutôt de cet état de grâce. Invitez-là à cuisiner avec vous et vos enfants. Réalisez la recette ensemble et faites ainsi savoir à vos enfants que vous aussi vous savez la faire, cette super recette de légumes ! Et "toque" !

Sinon faites carrément appel à l'un ou l'une de nos Gooder Miam pour préparer à vos enfants des petits plats regorgeants de légumes ! Et comme nous vous proposons des profils polyvalents vous pourriez même trouver un Gooder qui s'occupe d'aller chercher vos chérubins à la sortie de l'école, les aide aux devoirs et leur cuisine un dîner sain. Tout est possible avec MyGooder, ou presque ! ;)

* Source : Article CuisineAZ